lundi 7 septembre 2015


Henri Toulouse-Lautrec, Félix Plessis et René Princeteau
(dans les années 1890), Photo collection INJS Paris.
Une photographie très rare, il s’agit d’Henri de Toulouse-Lautrec, Félix Plessis et de René Princeteau en train de boire un apéritif.  
La statue de l'abbé de l’Épée qui se trouve sur la photographie est actuellement installé sur la façade de l'association des sourds de Reims et de Champagne. 

Henri de TOULOUSE-LAUTRC, né Henri Marie Raymond de Toulouse-Lautrec-Monfa le  24 novembre 1864 à Albi et mort le 9 septembre 1901 au château Malromé à Saint-André-du-Bois, est un peintr, dessinateur, lithographe et illustrateur français.
Il fut l'élève de René Princeteau qui devint ensuite son ami. Sa propriété de Malromé se trouvait à seulement 2 kilomètres de Pontus, qui appartenait à Princeteau.
Élève au Lycée Condorcet, il échoue en 1881 au baccalauréat à Paris, mais est reçu à Toulouse à la session d'octobre. C'est alors qu'il décide de devenir artiste. Soutenu par son oncle Charles et par René Princeteau, ami de son père et peintre animalier, il finit par convaincre sa mère. De retour à Paris, il rend visite à René Princeteau, dans son atelier au 233, de la rue du Faubourg-Saint-Honoré.

Félix PLESSIS, sourd-muet, sculpteur, ami de Princeteau et Toulouse-Lautrec.

René Pierre Charles PRINCETEAU, sourd-muet, né le 18 juillet 1843 à Libourne, mort en juillet 1914 à Fronsac, est un peintre animalier français.
Ami d’Alphonse de Toulouse-Lautrec, il a d’abord comme élève son frère Odon puis devient le premier maître d'Henri de Toulouse-Lautrec dès 1871. Il était très lié avec la famille Lautrec, en particulier avec le comte Alphonse et, très régulièrement, il leur rendait visite. Bien qu'il fût sourd et muet, il enseigna à Henri, qui l'appréciait beaucoup, les premiers rudiments de l'art pictural.
Pendant la Guerre de 1870, il s'engage dans l'artillerie de l'armée de la Loire. Le peintre accumule alors dans ses carnets beaucoup de notes et de dessins. Il accède à la notoriété avec ses peintures de chevaux au Salon de 1885. Il réalise de nombreux tableaux de chasse à courre, de courses, ainsi que des paysages et des portraits équestres. Ses premières études animalières dénotent une forte influence de Princeteau. Pendant quelque temps, Lautrec habita dans son atelier parisien au n° 233 du Faubourg Saint-Honoré.
Source (Wikipédia)
 


Enregistrer un commentaire